Quand Chanel réinvente le supermarché

07.03.14

supermarché

Une fois n’est pas coutume, nous nous tournons aujourd’hui du côté des podiums de la Maison Chanel, qui s’est inspirée des supermarchés pour son dernier défilé.

Du Chanel en supermarché

Karl Lagerfeld derrière un caddie. C’est certainement l’image que l’on retiendra de la Fashion Week de Paris. Tous les ans la semaine de la Mode, dédiée au prêt-à-porter, se déroule au mois de mars. Et cette année, la Maison Chanel a fait très fort.

Pour présenter sa collection automne-hiver 2014-2015, la vénérable maison a choisi de faire défiler ses mannequins dans… un supermarché. Mais pas n’importe lequel : un « Chanel Shopping Center » construit pour l’occasion sous la majestueuse verrière du Grand Palais. Imaginé par  Karl Lagerfeld, le directeur artistique de Chanel, le magasin éphémère a accueilli public, mannequins et journalistes le temps d’une journée. Rayonnages secs et frais, caddies, têtes de gondole, le couturier a pensé le décor jusque dans les moindres détails, et a garni les rayons de produits estampillés Chanel. Il était possible de trouver dans les linéaires des pâtes « Cocoquillette », du jambon « Cambon » ou encore une boîte de sardines « au tweed », marqués du logo aux deux C entrelacés.

Génie créatif ou faute de goût ?

Karl Lagerfeld n’en est pas à son coup d’essai. Déjà l’année dernière, le directeur artistique de la marque avait été « shooté » à la Grande Epicerie, en plein rayon lessive. En récidivant cette année, il confirme son intérêt pour l’univers de la distribution. Comme il le dit lui-même : « J’aime que la mode s’inscrive dans le quotidien, qu’elle ne soit pas coupée de la vie ».


Le supermarché Chanel avant le défilé

981097-rihanna-et-cara-delevingne-ou-quand-580x0-1
Le top model Cara Delavigne et la chanteuse Rihanna en pleine session shopping

Le défilé a déclenché un début de polémique: de nombreux consommateurs reprochent au couturier d’utiliser les codes du supermarché avec cynisme, et de vouloir divertir les milieux branchés en déconsidérant la réalité des grandes surfaces. Présente pendant l’évènement, une chroniqueuse du Nouvel Observateur en tire d’ailleurs un sujet au vitriol : Lagerfeld, une Marie-Antoinette qui joue à la fermière. Pas de quoi effrayer la maison Chanel, cependant, habituée à se positionner à l’avant-garde des tendances, quitte à choquer parfois.

Voici quelques-uns des produits exposés dans les étals Chanel.

image-1_reference
Tous les produits frais exposés étaient réellement consommables

Mention spéciale aux packagings ultra-travaillés, qui emballaient quant à eux… du vide !

3642795_chanel-automne-hiver-2014-2015-oeufs

chanel-fw14_garance-dore_detail_5image-4_reference

 

 

PARTAGEZ L'ARTICLE

Laisser un commentaire